Ce partenariat consiste à « fixer un prix du porc sur une période de 12 mois à compter du 1er janvier 2017 ». Le prix fixé dans le contrat – de 1,33 €/kg payé au producteur – « sera assuré pour chaque producteur, pour le volume déterminé et la période choisie, quel que soit l’acheteur », explique Herta dans un communiqué. Réciproquement, l’industriel bénéficie aussi d’un prix d’achat garanti.

Visibilité

Ainsi, par un jeu de compensation mutuelle, « le contrat assure un revenu stable et de la visibilité » pour les uns comme pour l’autre. Pour les éleveurs, « il permettra de connaître le prix de vente de leurs porcs et de garantir une partie de leur marge », explique Herta.

Lorsque le prix du marché du porc constaté au MPB (Marché du porc breton) sera inférieur au prix fixe du contrat (1,33 €/kg), Herta compensera mensuellement auprès des éleveurs l’écart de prix, même s’il n’est pas l’acheteur. Dans le cas inverse, si le prix constaté sur le marché est supérieur au prix fixe du contrat, les éleveurs transféreront le montant de la compensation à Herta via leur groupement.

Herta avait déjà mis en place ce type de contrat avec le groupement de producteurs breton Syproporc en 2015.

E.C.