La PPA continue sa progression en Europe. L’origine du premier cas hongrois est incertaine et une enquête épidémiologique est en cours. Selon les autorités hongroises, « des déchets alimentaires introduits par des citoyens étrangers [ukrainiens] travaillant en grand nombre dans des installations industrielles situées dans la zone seraient à l’origine de l’infection ».

9 259 cas entre 2014 et 2017

« En ne tenant pas compte de la Sardaigne où la maladie circule de manière enzootique depuis plus de 35 ans, un total de 9 259 foyers et cas de PPA ont été déclarés en Europe dans dix pays (Fédération de Russie, Pologne, Ukraine, Biélorussie, Moldavie, les trois pays baltes, Roumanie et République tchèque) du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2017 », rappelait la cellule d’animation de la veille sanitaire internationale dans une note du 29 janvier.