Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Coup de froid sur les exportations belges

Peste porcine africaine
 - Coup de froid sur les exportations belges
© Alain Cardinaux/GFA

Après l’annonce de la présence du virus en Belgique, le 13 septembre dernier, six pays ont déjà annoncé suspendre leurs importations de viande porcine belge.

Il s’agit de la Chine, de la Corée du Sud, de Taïwan, des Philippines, du Mexique et de la Biélorussie – dont deux d’entre eux, la Chine et la Biélorussie – sont également touchés par l’épizootie de PPA. « Chaque pays tiers (hors UE) est libre d’imposer ses conditions sanitaires. Certains n’achètent qu’à condition que le territoire belge soit exempt de ce type de peste », a souligné Michael Gore, administrateur délégué de la Fédération belge de la viande (Febev) le 18 septembre, pour expliquer les décisions de ces six pays.

La moitié des exportations hors UE

Selon lui, la Chine et la Corée du Sud comptent pour « environ la moitié » du porc belge exporté hors de l’Union européenne (UE).

Au total, hors et intra-UE, la Belgique exporte 730 000 tonnes de viande de porc par an, chiffre comparable aux exportations de la France (700 000 t en 2016, selon l’Institut du porc). La filière pèse plus de 15 000 emplois directs en Belgique, principalement en Flandre.

La Belgique prend des mesures d’urgence

Le virus a été retrouvé sur cinq cadavres de sangliers dans le secteur d’Etalle (sud), non loin des frontières française et luxembourgeoise, selon le ministère wallon de l’Agriculture.

La contamination pourrait être liée, d’après Michael Gore, à l’ingestion par les sangliers de viande contaminée « peut-être amenée » par des transporteurs routiers venus de l’Europe de l’Est, où le virus touche déjà une dizaine de pays.

Les autorités, en concertation avec la Commission européenne, ont réagi en imposant « une interdiction temporaire de circuler en forêt » dans un périmètre de 63 000 hectares (630 km²) dans la province. Toute forme de chasse a également été prohibée pour un mois, ainsi que le nourrissage du grand gibier pouvant mener à des concentrations d’animaux et donc à un risque « renforcé » de contaminations.

Un million d’euros

Un budget d’un million d’euros est prévu pour « la gestion technique et logistique » de la peste porcine africaine, précise le ministère.

E.C. avec l’AFP
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Hors Série - Eau et Irrigation - réponses à ceux qui veulent couper les vannes

Dans la même rubrique

Nos dernières vidéos

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER