« On n’en est pas encore au pic de l’épidémie », avertissait René Collin, ministre wallon de l’Agriculture, le 5 novembre 2018 à la RTBF. Depuis la découverte des premiers cas de PPA dans la faune sauvage le 13 septembre dernier sur la commune d’Étalle, dans le sud de la Belgique, l’Agence fédérale belge pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) fait é...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
39%

Vous avez parcouru 39% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

« On n’en est pas encore au pic de l’épidémie », avertissait René Collin, ministre wallon de l’Agriculture, le 5 novembre 2018 à la RTBF. Depuis la découverte des premiers cas de PPA dans la faune sauvage le 13 septembre dernier sur la commune d’Étalle, dans le sud de la Belgique, l’Agence fédérale belge pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) fait état de 159 sangliers trouvés morts infectés par le virus, sur 275 carcasses analysées.

D’après la RTBF, un premier tronçon de clôture a été installé à la mi-octobre, sur une distance de 13 kilomètres entre les communes de Valansart et de Virton (face à la frontière française, NDLR). Deux autres tronçons sont en cours de finalisation pour un budget global de 435 000 euros. Un dispositif qui « vise avant tout à éviter la dispersion des sangliers malades et non à ceinturer ou à boucler une région » précise René Collin.

Repeuplement des élevages interdit

Dans la zone infectée de 640 km² établie autour de la commune d’Étalle, « tous les porcs domestiques ont été mis à mort entre le 29 septembre et le 2 octobre 2018, à la suite de la décision du ministre fédéral de l’Agriculture, M. Denis Ducarme, rappelle l’AFSCA. Le repeuplement des exploitations situées dans cette zone est interdit jusqu’à nouvel ordre. »

V. Gu.