« Cette progression est à analyser au travers du positionnement différent de la fête de l’Aïd el-Kebir : au début de septembre en 2017 et à la mi-août en 2018 », commente le ministère de l’Agriculture dans la note d’Infos rapides mise en ligne le 28 septembre 2018.

Moins de brebis de réforme

En revanche, les abattages d’ovins de réforme se replient de 3,3 %, en têtes. En cumul depuis le début de l’année, les abattages d’agneaux et d’ovins de réforme augmentent : de 1,2 % en têtes et 1,8 % en tonnage.

Si l’Aïd a stimulé l’activité des abattoirs, elle n’a pas joué sur le cours moyen des agneaux en France. « En août, à 6,29 €/kg carcasse, il est en retrait de 2,8 % par rapport à 2017 et de 0,7 % par rapport au niveau moyen de la période 2013-2017 », relève le ministère.

L’Espagne en force

En juillet 2018, avec près de 21 000 têtes, les importations d’ovins vivants sont en hausse de 7 %, sur un an. Alors que les achats en provenance des Pays-Bas reculent, ceux en provenance de l’Espagne augmentent.

En juillet 2018, les exportations d’ovins vivants ont augmenté de 2,3 % sur un an pour atteindre 9 000 têtes. Sur l’année, elles chutent de 20 % avec 175 000 têtes. Ce recul concerne l’Espagne, –36 000 têtes, et dans une moindre mesure l’Italie, –10 000 têtes.

Les importations de viande ovine ont fléchi de 0,8 %. « Sur l’année, elles sont inférieures de 3,5 % à 2017, note le ministère. Ce repli concerne essentiellement le Royaume-Uni (–3 900 tec) et l’Irlande (–1 300 tec). » En revanche, celles de l’Espagne bondissent de plus de 4 300 tec.