Ce rapport synthétise les données de surveillance collectées en 2015, y compris les taux de conformité avec les limites fixées par l’Union européenne (UE) pour une série de résidus de médicaments vétérinaires, de substances non autorisées et de contaminants présents chez les animaux et dans les aliments d’origine animale. Au total, 730 000 échantillons ont été analysés dans les 28 États membres.

Métaux, mycotoxines et lactones d’acide résorcylique

« Les taux de non-conformité pour les lactones d’acide résorcylique (composés synthétiques ou générés par des champignons et présentant une activité endocrinienne) et les contaminants tels que les métaux et les mycotoxines (toxines produites par les champignons) se sont avérés plus élevés que pour les autres groupes de substances, mais néanmoins légèrement inférieurs comparés au rapport précédent », précise l’Agence.

« Les données synthétisées présentées dans ce rapport attestent globalement de taux de conformité élevés et témoignent de l’efficacité du système de surveillance de l’UE et de sa contribution à la protection des consommateurs et au bien-être des animaux », conclut l’Efsa.

E.C.