« Il revient à chaque éleveur de vérifier la maturité de ses maïs par les méthodes habituelles : observation de la date de floraison, observation de l’état des plantes et du stade des grains », rappelle Arvalis, dans un communiqué publié le 16 juillet.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
40%

Vous avez parcouru 40% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !