« C’est une bonne année en rendement et en qualité, confirme Bertrand Carpentier, ingénieur spécialisé dans le maïs fourrage chez Arvalis. Les premières analyses font état d’un taux d’amidon allant de 33 à 36 % dans le nord de la France, mais cela reste à confirmer. En conséquence, les éleveurs ont refait leurs stocks fourragers, après une récolte difficile en 2016. Une...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
Si vous êtes abonné, cliquez ici pour vous connecter et poursuivre la lecture
50%

Vous avez parcouru 50% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !