Le commissaire européen à l’Environnement « a déclenché un tollé », mardi à Bruxelles lors de la conférence sur la défense du pastoralisme face aux loups en Europe, « lorsqu’il a invité les parlementaires à se saisir de la chance d’avoir des prédateurs créateurs de revenus par le biais de l’écotourisme », rapporte la Confédération...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
34%

Vous avez parcouru 34% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Le commissaire européen à l’Environnement « a déclenché un tollé », mardi à Bruxelles lors de la conférence sur la défense du pastoralisme face aux loups en Europe, « lorsqu’il a invité les parlementaires à se saisir de la chance d’avoir des prédateurs créateurs de revenus par le biais de l’écotourisme », rapporte la Confédération paysanne. Le commissaire exclut de revoir la convention de Berne.

Pourtant, « les constats de détresse des éleveurs et bergers sont partagés par des députés en Allemagne, en Autriche, en Espagne et en France », constate la Confédération paysanne.

« Karmenu Vella a réaffirmé que les États membres devaient prendre leurs responsabilités plutôt que de les reporter sur la Commission européenne, car ils disposaient d’outils réglementaires pour régler les problèmes localement », souligne Thomas Vernay, de la Confédération paysanne. « Alors qui dit vrai ? », interroge-t-il.

Dans son discours, le commissaire a précisé que « la Commission envisage de mettre à jour son document d’orientation sur les règles de protection des espèces en vertu de la directive sur les habitats. Cela fournira des éclaircissements sur le cadre juridique existant, y compris en ce qui concerne la flexibilité pour l’utilisation des dérogations pour éliminer les spécimens d’espèces strictement protégées dans certaines conditions. Les autorités des États membres et toutes les parties prenantes concernées seront consultées et impliquées dans cet exercice. »

M.-F.M.