Alors que le plan loup 2018-2023 est en cours d’élaboration, les élus montent au créneau pour redemander « que chaque troupeau puisse être défendu par des tirs de défense ciblés mais aussi par des tirs de prélèvement partout où ils sont nécessaires, sans exclure le prélèvement de groupe de loups en situation d’attaque ».
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
28%

Vous avez parcouru 28% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !