Ce mercredi 10 août 2016, les élus nationaux de la FNSEA ont fait le déplacement à Sulniac (Morbihan) au Gaec de Boblet, une exploitation laitière qui connaît des difficultés de trésorerie. Xavier Beulin, le président de la FNSEA, Daniel Prieur, son secrétaire général, et André Bonnard, celui de la FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait) ont dû répondre aux questions concrètes des éleveurs démunis.

Le ton monte entre syndicats

Alors qu’ils n’étaient pas invités, des membres de la Confédération paysanne et de l’Apli (Association des producteurs de lait indépendants), sont venus interpeller les élus du syndicat majoritaire. Si la régulation du secteur laitier semble une idée partagée, les conditions de mise en œuvre ont fait débat. Xavier Beulin a été accusé de faire de la régulation par élimination, « en faisant crever les producteurs ».

Pour Julien Brothier, porte-parole de la Confédération paysanne du Morbihan, « ses propositions n’ont rien de neuf, ce sont les mêmes depuis 10 ans ». Le dialogue entre les trois syndicats ne semble cependant pas enterré puisque les élus locaux ont tout de même fini par s’accorder sur le fait de devoir se rencontrer pour échanger ensemble sur la régulation.

Mobilisation à durée indéterminée

Dans une ambiance un peu électrique, Xavier Beulin a été interrogé sur le paiement redistributif. Alors que les éleveurs espéraient qu’il passe à 15 %, la FNSEA a demandé et obtenu un maintien à 10 % en 2017. Mais selon le président de la FNSEA, « il ne faut pas dire que l’on pique aux éleveurs », car le paiement reste inchangé. Passer à 15 % aurait été « prendre à des agriculteurs malades pour donner à des agriculteurs malades », a-t-il poursuivi.

Les représentants des fédérations de Bretagne, Basse Normandie et Pays de Loire en ont profité pour se mettre d’accord pour poursuivre leurs actions de contestation. À partir du lundi 22 août, ils prévoient « une mobilisation à durée indéterminée ». Le président de la FNSEA est revenu sur les tensions avec Lactalis, cible des récentes actions syndicales. Il a exigé « plus de transparence » de la part de la laiterie. Dans le but de réinstaurer un dialogue avec les producteurs, Xavier Beulin a adressé une lettre à Emmanuel Besnier, président du groupe Lactalis, pour lui demander un rendez-vous.

M.B