Une OP dans l’OP ? C’est l’idée défendue par l’OPL, la branche laitière de la Coordination rurale (CR), lors de son congrès organisé le 17 mai 2018 à Laval (Mayenne). Selon sa présidente, Véronique Le Floc’h, « les coopératives n’ont pas été intégrées dans le débat sur la prise en compte des coûts de production, lors des États-gé...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
28%

Vous avez parcouru 28% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Une OP dans l’OP ? C’est l’idée défendue par l’OPL, la branche laitière de la Coordination rurale (CR), lors de son congrès organisé le 17 mai 2018 à Laval (Mayenne). Selon sa présidente, Véronique Le Floc’h, « les coopératives n’ont pas été intégrées dans le débat sur la prise en compte des coûts de production, lors des États-généraux de l’alimentation. Les éleveurs coopérateurs doivent pouvoir choisir d’adhérer à une OP au sein de leur coopérative, ou de rejoindre une OP transversale ».

Demande d’agrément

« Aujourd’hui, les coopératives peuvent demander un agrément d’OP, et seule une partie des sociétaires de la coopérative peut y adhérer », soutient Véronique Le Floc’h. Une configuration qui implique l’existence de deux règlements intérieurs distincts, « un pour la coopérative, et un pour l’OP ».

Certaines coopératives auraient déjà engagé la démarche. « Isigny-Sainte-Mère a demandé son agrément, confie la présidente de l’OPL. C’est peut-être un début. » Emmanuel Binois, président de l’OP transversale France Milk Board (FMB), émet cependant des réserves. « Les quelques coops ayant déposé un dossier d’agrément pour avoir une OP l’ont aussi fait pour des raisons fiscales. »

« Coopérative, privé, même combat »

En revanche, l’intégration des coopérateurs au sein d’OP transversales semble compromise. « Aujourd’hui, ce n’est pas possible », constate Véronique Le Floc’h. Et Emmanuel Binois de poursuivre. « Dans les premiers statuts de FMB, les coopérateurs avaient leur place, au même titre qu’un producteur livrant à un industriel privé. Mais les coopératives se sont déclarées comme étant des OP. Nous continuons de prôner la liberté pour les coopérateurs de choisir. A nous, OP transversale, d’aller ensuite négocier, que ce soit avec une coopérative ou un transformateur privé. »

V. Gu.