« L’OPL de la CR (Coordination rurale) ne s’oppose pas à l’investissement étranger en France mais se pose clairement la question du bienfait pour les éleveurs, les entreprises françaises et plus globalement pour l’économie française, détaille le syndicat dans son communiqué diffusé ce 30 septembre 2016. La valeur ajoutée part à l’étranger. Ni les producteurs, ni les entreprises n’en bénéficient. »

Une fuite de valeur ajoutée

Pourquoi Sodiaal n’a-t-elle pas construit elle-même cette usine ? interroge le syndicat. Cela aurait été un moyen de « rendre à ses producteurs la valeur ajoutée qui leur revient, estime-t-il. L’OPL de la CR alerte sur le danger de ces situations dans lesquelles une entreprise étrangère basée en France vend les produits finis dans son pays d’origine via une filiale qui, elle, réalise les bénéfices. »

Ce n’est pas la première fois que l’OPL brocarde Sodiaal. Il lui reproche aussi d’avoir « négocié et signé au nom des producteurs un contrat opaque de 10 ans [plutôt que de conclure, NDLR] un accord garantissant à ses coopérateurs un prix d’achat du lait au moins égal à celui payé au producteur chinois, quasiment le double du prix payé en France ».