« Le calcul est simple, assure le syndicat dans son communiqué du 17 avril 2018. Produire un litre de lait en Allemagne en janvier 2018 coûtait 41,81 centimes. Sur la même période, les producteurs ne se sont vus verser qu’un prix de 36,75 centimes. Celui-ci ne permettait de couvrir que 88 % des coûts, laissant un déficit de 12 %. En octobre 2017, ce déficit n’était que de 2 %. »

Déficits importants

D’où proviennent ces chiffres ? De l’étude trimestrielle confiée au BAL, Büro für Agrarsoziologie. C’est l’occasion pour le syndicat de remettre en avant ses propositions pour faire évoluer la politique laitière européenne. Et en particulier son programme de responsabilisation face au marché qui « pourrait permettre d’éviter les baisses de prix causées par la surproduction ».

« Nous observons des déficits importants, non seulement en Allemagne mais aussi dans les autres pays, car le prix du lait ne couvre pas les coûts de production, avance Sieta Van Keimpema, vice-présidente de l’EMB. Selon les chiffres de l’observatoire européen du marché du lait pour mars 2018, ce prix se monte aux Pays-Bas à 35,50 centimes, en France à 34,22 centimes et en Belgique à 31,97 centimes par kilogramme de lait alors que les coûts de production sont supérieurs à 40 centimes. »