Révolu, le temps des chamailleries entre OP laitières ? C’est ce qu’il semble se dessiner, avec la création d’une structure nationale, annoncée ce vendredi 6 juillet 2018. Un front commun réunissant des OP verticales comme horizontales.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
23%

Vous avez parcouru 23% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Révolu, le temps des chamailleries entre OP laitières ? C’est ce qu’il semble se dessiner, avec la création d’une structure nationale, annoncée ce vendredi 6 juillet 2018. Un front commun réunissant des OP verticales comme horizontales.

Les membres de cette nouvelle organisation sont les AssOP Sunlait (regroupant 10 OP livrant à Savencia), l’Union nationale des éleveurs livreurs Lactalis (Unell, regroupant 10 OP), l’AOP Grand Ouest (7 OP), ainsi que les OP Saint-Père, Mont-Blanc, l’Organisation des producteurs Lactalis Grand Ouest (OPLGO), France Milk Board bassins Grand Ouest et normand, l’Association des producteurs de lait du bassin centre (APLBC), et Biolait

« Peser davantage dans la filière »

Pour Claude Bonnet, président de l’Unell, « les OP ont jusqu’à présent du mal à faire leur place dans la filière laitière. Ce collectif a pour ambition de faire peser davantage le maillon de la production, en portant le message des OP d’une seule et même voix. »

Alors que le plan de la filière laitière présenté lors des États-généraux de l’alimentation promettait « la mise en place d’un réseau d’OP piloté par le Cniel au premier semestre de 2018 », ce collectif prend les devants. « Nous souhaitons participer aux travaux du Cniel, notamment sur de la création d’indicateurs de coûts de production, poursuit Claude Bonnet. Sur le long terme, nous envisageons une intégration au sein de l’interprofession, au même titre que les acteurs de la distribution. »

Tout reste à faire

Néanmoins, le chantier reste entier pour la nouvelle structure créée. À commercer par la définition d’un statut juridique. « Cela pourrait prendre une forme associative ou syndicale, avance Claude Bonnet. Nous prévoyons de finaliser les statuts à l’automne. »

Même combat, s’agissant du financement. « Il est délicat de demander aux adhérents de nos OP respectives une nouvelle cotisation. Nous avons été sollicités par la DGPE (1) pour créer notre collectif. Nous pourrions donc nous tourner vers les pouvoirs publics ou vers le Cniel pour financer notre structure. »

V. Gu.

(1) Direction générale de la performance économique et environnementale des entreprises.