« Nous entendons les critiques liées à la transparence, à la vie démocratique, à la rémunération. Soyons donc plus performants », lance Damien Lacombe, président de Coop de France métiers du lait (ex-FNCL) ce jeudi 12 avril, lors de la journée des coopératives Laitières. « Nous allons travailler sur des plans d’action pour améliorer la pédagogie, la communication...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
24%

Vous avez parcouru 24% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

« Nous entendons les critiques liées à la transparence, à la vie démocratique, à la rémunération. Soyons donc plus performants », lance Damien Lacombe, président de Coop de France métiers du lait (ex-FNCL) ce jeudi 12 avril, lors de la journée des coopératives Laitières. « Nous allons travailler sur des plans d’action pour améliorer la pédagogie, la communication et la pédagogie », promet-il.

Damien Lacombe s’est montré incisif vis-à-vis de l’exécutif. « Le gouvernement affirme, d’un côté, vouloir soutenir et encourager les organisations collectives, car elles sont de véritables outils pour renforcer le pouvoir des producteurs. De l’autre, il met à mal le fonctionnement coopératif, en prenant des postures et des dispositions venant contraindre et remettre en question ce que nous sommes, c’est-à-dire la forme la plus aboutie des organisations de producteurs. »

« S’attaquer aux stocks de poudre »

Autre sujet brûlant, les stocks européens de poudre de lait écrémé. « Par rapport à l’an passé, l’écart de prix entre la protéine et la matière grasse s’accroît et vient pénaliser la valorisation beurre-poudre, analyse Damien Lacombe. C’est une véritable préoccupation, car cela ne nous permet pas de donner suffisamment de visibilité à nos adhérents. Aujourd’hui, il y a une position franco-allemande auprès de la Commission européenne, qui propose de valoriser ces stocks en alimentation animale pour les veaux, mais également pour les porcs. »

« Établir deux niveaux d’indexation »

Le président de Coop de France métiers du lait avance également la possibilité de « caractériser les stocks de poudre selon leur âge », afin d’établir deux niveaux d’indexation. « Selon les usages, la poudre maigre peut se conserver pendant cinq à six ans », indique-t-il.

Il reste cependant la question du financement. « C’est de la responsabilité de la Commission européenne, tranche Damien Lacombe. Nous avons proposé à nos homologues, notamment allemands, un système de cotisation, qui aurait pu faire un effet de levier. Mais nous n’avons pas réussi à faire passer cette idée. »

V. Gu.