« Nos concitoyens se sont habitués aux idioties déclamées par Ségolène Royal, écrit l’association de protection animale dans un communiqué de presse diffusé le 13 décembre 2016. Malheureusement, notre ministre ne se contente plus de les dire, elle les fait. Pour preuve, le décret n° 2016-1161 du 5 décembre 2016 [qui] modifie les régimes de déclaration et d’autorisation pour les élevages de vaches laitières, de veaux de boucherie et/ou de bovins à l’engraissement. »

Un recours devant le Conseil d’État

L’association est vent debout contre le relèvement des seuils d’autorisation que ce décret introduit, estimant qu’ils vont à l’encontre du bien-être animal. « Ce texte est désormais la porte ouverte aux développements massifs des fermes usines où les animaux sont entassés dans des bâtiments sans voir le jour », estime Jean-Pierre Kieffer, le président de l’OABA (1). L’association a donc demandé à ses avocats de déposer devant le Conseil d’État un recours en annulation contre ce décret.

« Nous ne pouvons que déplorer la décision de la ministre de l’Environnement qui, avec ce décret, répond favorablement aux attentes de certains syndicats agricoles qui fustigent les normes environnementales et ne jurent que par la production intensive, estime l’OABA. Ce décret était contresigné par Manuel Valls, alors Premier ministre, la veille de son départ pour entrer dans la course à l’élection présidentielle. Les amis des animaux et les protecteurs de la nature sauront s’en souvenir. »

(1) Œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs.