Le kangourou disparu est « probablement mort », consommé « en guise de repas de Noël » par le loup, a déclaré Jan Loos, directeur du centre Landschap, spécialisé dans la faune sauvage. L’autre kangourou a été blessé, mordu à l’oreille, mais est « en bonne santé », a-t-il précisé. Les kangourous se trouvaient dans le jardin de leurs propriétaires lorsque l’attaque s’est produite.

Des empreintes du prédateur

Ce sont les propriétaires, dont Jan Loos n’a pas révélé l’identité, qui ont appelé le spécialiste.

« J’ai découvert des empreintes de loup, c’est donc pratiquement certain qu’il s’agissait d’un loup, mais nous ne sommes pas sûrs à 100 % de savoir de quel loup il s’agit », a déclaré Jan Loos.

Jan Loos soupçonne un loup surnommé August, repéré depuis le milieu de l’année 2018. Ce loup, qui va et vient en traversant la frontière avec l’Allemagne, vagabonde dans la région.

Habituellement, les loups chassent et consomment des sangliers ou des cerfs, et parfois s’en prennent au bétail par facilité, a relevé Jan Loos.

Contactée par l’AFP, la police de Balen a indiqué n’avoir pas d’autres informations sur cette affaire. Les kangourous ne vivent habituellement pas en Europe en dehors des parcs zoologiques. Des wallabys, qui ressemblent à des kangourous de petite taille, échappés d’un parc zoologique, vivent depuis des décennies dans la forêt de Rambouillet, à l’ouest de Paris.

AFP