Mais où sont les éleveurs ? Ils brillent par leur absence dans le spot publicitaire que le groupe Savencia fromage & dairy a fait diffuser à la télévision ces dernières semaines. L’industriel a préféré mettre en scène de belles normandes qui désertent leur stabulation. Car, c’est bien connu, la crème est meilleure si les vaches sont au pré. Voilà qui n’a pas manqué d’énerver les adhérents de Sunlait, l’association nationale des organisations de producteurs (OP) livrant à Savencia.

Prenant le taureau par les cornes, les éleveurs ont donc mis en ligne leur propre spot publicitaire. Ce dernier détaille ce qu’ils font au quotidien pendant que les vaches batifolent au pré, pour que l’industriel puisse collecter un lait de qualité.

« Nous regrettons d’être évincés des communications des industriels avec lesquels nous sommes fiers de travailler alors qu’ils s’approprient nos vaches ! estime un président d’OP adhérant à Sunlait. À regarder leur publicité, on en oublierait presque qu’on existe. C’est pourtant bien nous qui sortons les bêtes, gérons la traite deux fois par jour et nous en occupons toute l’année… »

Et un autre d’ajouter : « Sans nous et notre travail, ils ne pourraient fabriquer ni crèmes, ni fromages. Les marques de Savencia doivent prendre la mesure de leur responsabilité sociale : le groupe ne peut pas payer le lait à un prix qui ne rémunère pas les éleveurs et, dans le même temps, utiliser notre image pour vendre ses produits ! »

Coup de griffe à Intermarché

Les éleveurs laitiers ne sont pas les seuls à réagir à l’utilisation de l’image de leur métier par l’aval. Dans un style différent, la FNB (Fédération nationale bovine) attaque la campagne publicitaire d’Intermarché sur son compte Twitter. Là, c’est le portrait d’un éleveur que le distributeur met en avant pour assurer la promotion de ses rayons de boucherie. « Les vrais partenariats ne s’achètent pas sur internet ! Respectez nos coûts de production & cessez d’utiliser notre image ! », lance le syndicat.

E.R.