L’enquête, ouverte notamment pour « tromperie aggravée par le danger sur la santé animale », doit permettre de déterminer si des lots de palmipèdes contaminés ont pu être envoyés en toute connaissance de cause dans des élevages du Gers, du Lot-et-Garonne et des Hautes-Pyrénées, favorisant ainsi la dissémination du virus.

Enquête préliminaire en cours

Cette enquête préliminaire fait suite à un rapport (1) du ministère de l’Agriculture, transmis au parquet d’Albi, ce dernier s’en étant dessaisi au profit du pôle de santé publique de Paris. Le ministère avait lancé une enquête administrative après que deux lots de canards prêts à gaver d’un élevage du Tarn ont été envoyés les 30 novembre et 1er décembre dans des élevages du Gers, du Lot-et-Garonne et des Hautes-Pyrénées. Or cet élevage se situait à proximité de l’élevage dans lequel le premier cas de H5N8 français a été détecté, le 1er décembre.

Les investigations sont confiées à la région de gendarmerie du Midi-Pyrénées en cosaisine avec les gendarmes spécialisés de l’Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique (Oclaesp). Les enquêteurs devront notamment établir si « les éleveurs destinataires de lots de canards ont pu être victimes de tromperie », a résumé une source judiciaire.

Plainte contre X

La Coordination rurale (CR) a lancé une série de dépôts de plainte contre X pour faire la lumière sur les causes de la contamination des élevages dans les trois départements (Gers, Lot-et-Garonne et Hautes-Pyrénées), aujourd’hui les plus touchés par le virus. Le président de la chambre d’agriculture, Serge Bousquet-Cassagne, est allé à la gendarmerie le 19 décembre, suivi le 21 décembre par le président de la CR 47 Patrick Franken et la présidente de la CR de la Nouvelle-Aquitaine, Sylvie Girard. Aujourd’hui, 12 plaintes ont déjà été déposées, et d’autres sont à venir, annonce la CR 47.

« Un système industriel, ultrasegmenté » en cause

La Confédération paysanne « se félicite de cette décision qui va dans le sens de ce que nous affirmons depuis des mois : le système industriel, ultrasegmenté, est largement en cause dans cette crise », a réagi le syndicat dans un communiqué, le 10 février 2017. L’industrialisation accrue de la filière dans une fuite en avant permanente conduit en ce moment à l’abattage de millions de palmipèdes et met en danger des centaines de paysannes et paysans. »

Le syndicat réitère sa demande « d’épargner cette mesure dramatique aux élevages autarciques » et demande « la levée du confinement sur l’ensemble du territoire et l’adaptation des mesures de biosécurité aux élevages fermiers », et appelle à manifester le 12 février à Toulouse.

Nouvelle manifestation des « Canards en colère »

D’autres ont déjà manifesté leur colère. Alors que de nouveaux foyers sont découverts chaque semaine – même si le rythme de propagation ralentit –, les abattages préventifs massifs passent mal. Une nouvelle manifestation a eu lieu dans la nuit de jeudi à vendredi à l’appel de l’association « Canards en colère ».

Une cinquantaine de producteurs et travailleurs de la filière ont investi deux bâtiments de la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) à Auch (Gers) en répandant de la paille, des plumes et des pneus dans l’enceinte des bâtiments, pour réclamer une indemnisation « de toute la filière ».

E.C. avec l’AFP

(1) Les investigations ont été menées par la Brigade nationale d’enquête sanitaire, vétérinaire et phytosanitaire.