« La présence de la souche H5N8 de la grippe aviaire sur des dindes a été confirmée aujourd’hui dans une ferme située près de Louth, dans le Lincolnshire », dans l’est de l’Angleterre, a indiqué le ministère dans son communiqué.

Le risque pour la santé publique est « très faible », a souligné le ministère, ajoutant qu’il n’existe aucun risque d’un point de vue alimentaire. « Il s’agit de la même souche qui affecte la volaille à travers l’Europe. Des mesures immédiates ont été prises pour limiter les risques de propagation de la maladie et toutes les volailles de la ferme encore vivantes vont être abattues », a précisé Nigel Gibbens, le vétérinaire en chef du ministère. Le dernier foyer recensé en Angleterre remonte à janvier.

Cinquième campagne d’abattage au Japon

Le Japon a commencé à abattre 210 000 volailles sur l’île septentrionale d’Hokkaido pour tenter de contenir une nouvelle épidémie, ont annoncé les autorités dimanche. Il s’agit de la cinquième campagne d’abattage depuis le début de l’hiver. Le virus H5 a été détecté dans plusieurs élevages à travers le pays.

Outre l’abattage de poulets et de canards, les autorités ont également interdit le transport de volailles et de produits volaillers dans les régions proches des élevages contaminés. Les opérations d’abattage sont lentes. Samedi soir, seuls 32 310 poulets avaient été tués, selon les autorités.

« Nous continuons les opérations d’abattage aujourd’hui mais le travail est difficile à cause des températures qui sont descendues à moins 20 degrés Celsius dans la nuit », sans compter les difficultés posées par les chutes de neige, a déclaré un responsable à l’AFP.

Au début du mois, 550 000 poulets avaient été abattus dans la localité de Niigata, dans le centre du Japon, et 23 000 canards dans la préfecture d’Aomori, au sud d’Hokkaido. Il s’agissait des premiers cas de grippe aviaire dans des élevages japonais depuis janvier 2015.

AFP