« Les mesures de gestion ont été mises en place par la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) », précise le ministère dans son communiqué diffusé ce 28 novembre 2016. L’ensemble des appelants du site, ainsi que ceux d’un site à 4 km de Boulogne, ont été abattus. Ces lieux sont situés dans une zone « dont le niveau de risque est considéré comme élevé, à la suite des nombreux cas détectés en Europe » ces dernières semaines. « La période de migration de certaines espèces joue certainement un rôle majeur dans la diffusion de ce virus », d’où « l’importance de signaler toute mortalité d’oiseaux sauvages ».

Surveillance renforcée

« Deux secteurs de surveillance renforcée dans les communes aux alentours ont été mis en place : dans ces secteurs, des visites systématiques de vétérinaires vérifient l’application stricte des mesures de confinement et de biosécurité des élevages », précise encore le ministère.

Le ministère rappelle les mesures de biosécurité pour toutes les zones humides où le niveau de risque est élevé, et ce, pour tous les élevages de volailles non-commerciaux (basses-cours) et pour les élevages commerciaux de volailles :

  • Confinement obligatoire ou pose de filets permettant d’empêcher tout contact avec les oiseaux sauvages (sauf dérogation) ;
  • Déplacements d’appelants interdits.
  • Sur l’ensemble du territoire, les mesures de biosécurité définies par l’arrêté du 8 février 2016 doivent impérativement être mises en place dans tous les élevages qu’ils soient commerciaux ou non.

Néanmoins, le statut international de la France au regard de l’influenza aviaire n’évolue pas. En effet, ces appelants ne font pas partie d’un élevage d’oiseaux domestiques à vocation commerciale. Un soulagement car la France doit recouvrer le statut indemne d’IAHP, le 3 décembre prochain – sauf événement nouveau. Elle avait perdu ce statut après l’épisode de grippe aviaire qui avait affecté le Sud-Ouest l’hiver dernier, et qui impliquait les sérotypes H5N1, H5N2 et H5N9.

Aucun cas humain lié au virus H5N8 n’a été signalé dans le monde à ce jour.