La préfecture des Landes, à Mont-de-Marsan, s’est réveillée ce 15 mai 2017 devant un feu de paille allumé par JA, venu réclamer le versement des indemnisations faisant suite à l’épidémie de grippe aviaire. « Une trentaine d’éleveurs de canards et de volailles ont fait le déplacement pour interpeller le futur ministre de l’Agriculture », précise François Darbo, président du syndicat dans les Landes.

Dans un communiqué du 12 mai, le syndicat dénonçait cette attente « plus tolérable ». Stéphane Le Foll aurait assuré, le 21 février dernier, que tout serait bouclé d’ici au début de mai. « La crise est loin d’être terminée, assure François Darbo. Même si les banques font des efforts, la remise en place de canetons pour le redémarrage ne peut pas se faire si les trésoreries sont dans le rouge. »

La reprise de la production pourrait commencer le 29 mai prochain. Indépendamment des problèmes de trésorerie, la filière s’interroge aussi sur la disponibilité en canetons, nombre d’élevages de reproducteurs ayant été touchés par le virus.

Près de 1 000 dossiers en attente

Selon François Darbo, 800 dossiers d’éleveurs de canards et 230 pour les autres volailles, attendent encore le solde des indemnisations de 2016. Et au moins autant guettent encore leurs avances sur les pertes de 2017. « Nous n’avons pas grands reproches à faire à l’administration landaise, mais nous nous interrogeons sur le traitement des dossiers au niveau de FranceAgriMer », ajoute François Darbo, qui se demande si ces retards sont liés à un manque de moyens.

Hélène ChaligneJournaliste web