Dans une décision d’exécution parue au Journal officiel de l’UE (Union européenne), le 10 novembre 2016, Bruxelles « a examiné ces mesures et a pu s’assurer que les limites des zones de protection et de surveillance se trouvaient à une distance suffisante de toute exploitation ».

« Prévenir toute perturbation inutile des échanges »

Bruxelles signale également qu’il faut « définir rapidement à l’échelon de l’UE » ces zones réglementées établies par la Hongrie, « afin de prévenir toute perturbation inutile des échanges dans l’UE et d’éviter que les pays tiers n’imposent des entraves injustifiées aux échanges commerciaux ».

E.C.