« Il s’agit de la même souche, H5N8, détectée la semaine dernière dans un élevage de dindes du Lincolnshire », dans l’est de l’Angleterre, indique le ministère dans un communiqué, précisant que rien ne permet d’établir que la maladie s’est propagée depuis cette ferme.

Un risque « très faible » pour la santé publique

Le risque pour la santé publique est « très faible », a souligné Nigel Gibbens, le vétérinaire en chef du ministère. Le communiqué précise que « manger de la volaille bien cuite ou des œufs ne présente aucun risque ».

Outre le Royaume-Uni, des cas ont été détectés dans 13 autres pays européens, dont l’Allemagne et la France, selon la Plateforme européenne d’épidémiosurveillance en santé animale (PNESA). Selon un tableau récapitulatif publié par le site, la Hongrie est le pays le plus touché avec plus de 200 foyers de virus H5N8 détectés dans des élevages et quatre cas sur des oiseaux sauvages.

AFP