Les autorités ont confirmé ce jour « la présence du virus influenza aviaire hautement pathogène H5N8 » dans une basse-cour privée de l’Aveyron, un département touché pour la première fois, ainsi que dans une exploitation de 7 600 canards et 17 600 poulets à Ricourt, dans le Gers. En comptant ces nouveaux cas, ce sont désormais 16 foyers qui ont été signalés dans le Sud-Ouest, dont 7 dans le Tarn (où les premiers cas ont été signalés), 4 dans le Gers et le Lot-et-Garonne, et 1 dans l’Aveyron et les Hautes-Pyrénées.

« Forte suspicion » dans les Landes

Une « forte suspicion » d’infection a été par ailleurs détectée dans un élevage de Ségos (Gers) et dans un élevage de canards d’Eugénie-les-Bains (Landes), selon les préfectures de ces départements. Les Landes étaient jusqu’ici épargnées par la nouvelle épizootie.

Mais à Eugénie-les-Bains, « les premiers résultats des analyses réalisées sur les échantillons prélevés sur place, et le constat d’une importante mortalité de ces canards, conduisent les services de l’État à immédiatement appliquer des mesures très rigoureuses de protection sanitaire autour de cette exploitation », indique la préfecture dans un communiqué.

Les 1 550 canards en gavage vont faire l’objet d’un « abattage préventif » et l’exploitation est placée « sous surveillance sanitaire ». En parallèle, la préfecture a mis en place une « zone de contrôle temporaire de 10 kilomètres autour de cet atelier de gavage », englobant un total de 34 communes du sud-est des Landes.

Un cas chez un particulier dans l’Aveyron

Dans l’Aveyron, département également épargné jusqu’à présent, le virus a été détecté chez un particulier, dans une basse-cour de la commune de Tayrac, a indiqué la préfecture dans un communiqué. Ce foyer « a pour origine la faune sauvage ». Là aussi, « une zone de protection de 3 kilomètres et une zone de surveillance de 10 kilomètres autour du foyer » ont été établies par arrêté préfectoral. En conséquence, « tout mouvement de volailles est interdit dans ces zones », qui couvrent 12 communes aveyronnaises, rappelle la préfecture.

D’après l’AFP