Le 6 décembre 2016 est paru au Journal officiel l’arrêté qui relève le niveau de risque vis-à-vis de l’IAHP (influenza aviaire hautement pathogène) H5N8 à « élevé » sur l’ensemble du territoire. Ce qui se traduit par des mesures en matière de surveillance, de biosécurité, de conditions de rassemblements d’oiseaux et d’exercice de la chasse (voir l’encadré ci-dessous).

Une évolution rapide

Le niveau de risque « élevé » était en vigueur depuis le 17 novembre dans les zones humides. L’apparition de foyers en dehors de ces zones a conduit le ministère à étendre la mesure à l’ensemble du territoire. « Ce choix a aussi été motivé par l’évolution rapide de la situation sanitaire en France et dans plusieurs pays d’Europe et par la dynamique de propagation du virus », justifie le ministère dans un communiqué diffusé ce mardi matin.

Le ministère publie un second texte au Journal officiel ce mardi 6 décembre 2016. Cet arrêté, daté du 5 décembre, introduit « des mesures de gestion particulières pour les troupeaux séropositifs et vironégatifs », ainsi que « la possibilité pour le préfet de définir, sur instruction du ministre, une zone de contrôle temporaire à l’intérieur de laquelle toutes les exploitations font l’objet de mesures particulières. »

La biosécurité mise en avant

Le ministère rappelle aussi « qu’en parallèle de ces dispositions, des mesures de biosécurité strictes doivent être respectées dans toutes les exploitations de volailles et par toutes les personnes susceptibles de rentrer dans les élevages de volailles du territoire. La gestion de ce nouvel épisode d’influenza aviaire dépend de la mobilisation et l’engagement de tous les acteurs du secteur. »