« Les cas d’influenza aviaire qui touchent actuellement quelques élevages en France n’auront pas d’incidence sur la disponibilité du foie gras dans les magasins pour les fêtes », affirme le Cifog dans son communiqué de presse.

Un virus différent

Le Cifog argumente que le virus qui sévit aujourd’hui dans l’Hexagone n’est pas le même que l’an dernier. « Le H5N8 est véhiculé par les oiseaux sauvages en cours de migration, alors que le H5N1 de la dernière saison était installé dans les élevages. »

L’interprofession rappelle que l’épisode de H5N1 l’an dernier a débouché sur la mise en place « de mesures de biosécurité drastiques qui permettent aujourd’hui de lutter efficacement contre sa propagation : il faut aller plus vite que le virus ».

La lutte s’organise

Le Cifog rapporte que « seules 7 exploitations de palmipèdes à foie gras sont concernées par le virus H5N8 ». Et que ce matin, le ministère de l’Agriculture a publié au Journal officiel deux nouveaux arrêtés avec à la clé, « des mesures drastiques pour contrôler la situation ».

Pour l’interprofession, il n’y a aucun doute, « bien préparés à gérer une telle problématique, les professionnels disposent des procédures nécessaires pour maîtriser la situation. De plus, ce virus ne présente aucun risque pour l’Homme. »