« Nous nous dirigeons droit vers une confrontation comme dans le cas des trois fermes de Gabat, Domezain et Barcus que nous avons défendues avec des centaines de paysans, élus et consommateurs, prévient le syndicat dans son communiqué diffusé ce lundi 12 juin 2017. Nous réclamons une discussion politique avec le ministère de l’Agriculture. Nous étudions en parallèle les voies juridiques pour contrer cette décision. »

Refus d’abattre le cheptel d’un couvoir

La Confédération paysanne du pays basque s’oppose une nouvelle fois à la décision de « l’administration [qui] a produit jeudi dernier les arrêtés qui stipulent qu’elle ne veut plus discuter et qui imposent l’abattage des animaux avant ce mercredi et proposent un plan de sauvegarde inacceptable, voire inapplicable. Nous regrettons cette situation d’autant que nous avons tenté par tous les moyens de discuter sereinement et de proposer des solutions responsables d’un point de vue sanitaire. »

Selon le syndicat, il s’agit d’un couvoir qui détiennent « trois souches de canards dont deux locales et anciennes qu’ils sont les seuls à produire (canards Kriaxera et canards landais-Rouen). Lors du dernier épisode de grippe, […] les canards avaient été confinés de façon à être préservés et non concernés par les mesures d’abattage préventif. À la veille de la fin du vide sanitaire, des analyses réalisées sur l’élevage ont mis en évidence des résultats positifs en sérologie mais négatifs en virologie. »