« Un cas d’influenza aviaire hautement pathogène H5N8 a été confirmé sur deux cygnes trouvés morts sur un étang de la commune de Bouligneux », a indiqué la préfecture dans un communiqué ce 12 janvier 2017. « Une zone de contrôle temporaire (ZCT) est définie sur les communes situées dans un rayon de 5 kilomètres autour du lieu de découverte des cadavres », a-t-elle ajouté, rappelant que « toute découverte d’un cadavre d’oiseau sauvage doit être signalée sans délai ».

Outre Bouligneux, les communes concernées par la ZCT sont La Chapelle-du-Châtelard, Lapeyrouse, Marlieux, Le Plantay, Saint-Germain-sur-Renon, Sandrans et Villars-les-Dombes. Pour ces dernières, la préfecture rappelle notamment qu’« aucune volaille, qu’aucun produit issu des volailles détenues (viande, œuf) ou en lien avec leur lieu de détention (aliment, litière, déjection…) ne doivent sortir des exploitations, commerciales ou non commerciales ». De même « les mouvements de personnes, d’animaux domestiques, de véhicules au sein des exploitations » devaient désormais « être limités autant que possible ».

« Confinement et surveillance »

La préfecture de l’Ain a en outre demandé de façon plus globale à « tout propriétaire ou détenteur de volailles ou d’oiseaux captifs » de procéder à des mesures de « confinement et de surveillance » ainsi que de signaler « sans délai » à un vétérinaire » tout « comportement anormal » ou « signe de maladie ». Il est enfin rappelé à la population de faire part immédiatement de la découverte d’un cadavre d’oiseau sauvage et d’éviter de fréquenter « les zones où stationnent les oiseaux sauvages, y compris en leur absence ».

À ce jour, 6 foyers de H5N8 au total ont été confirmés dans la faune sauvage, dont trois en Auvergne Rhône-Alpes. Le 2 décembre, des foyers ont été détectés respectivement sur des goélands à Cluses et à Évian, en Haute-Savoie. Dans les élevages, 114 foyers, principalement dans le sud-ouest du pays, ont été recensés, selon le site du ministère de l’Agriculture.

AFP