Ils ont dû repartir avant que les forces de l’ordre ne les y obligent, mais ils ont obtenu que l’indemnisation des producteurs de canards gras, implantés dans les zones concernées par le virus H5N8, ait lieu dans les quinze jours qui suivent l’abattage de leurs animaux.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
63%

Vous avez parcouru 63% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !