La Corée du Sud a révélé mercredi l’existence de nouveaux cas de grippe aviaire, une épidémie qui a entraîné l’abattage préventif de deux millions de volailles. Les premiers cas du virus H5N6 avaient été confirmés le 18 novembre dans une ferme du centre de la Corée du Sud. L’épidémie s’est propagée à d’autres élevages et les autorités dénombrent désormais 46 cas.

Pas de cas humain lié au H5N6 en Corée

Le gouvernement a renforcé les mesures pour enrayer la propagation du virus, ordonnant des abattages massifs et des restrictions de déplacements des animaux. « Nous avons abattu deux millions de volailles et nous allons en abattre un million d’autres », a déclaré à l’AFP un porte-parole du ministère de l’Agriculture.

Les autorités sanitaires ont cependant souligné qu’aucun cas d’infection humaine au virus H5N6 n’avait été recensé en Corée du Sud. Cette souche du virus avait fait six morts en Chine entre 2014 et avril 2016, selon le centre sud-coréen de contrôle et de prévention des maladies.

Plus de 550 000 volailles abattues au Japon

Les autorités japonaises ont décidé mercredi soir d’abattre 230 000 volailles supplémentaires, portant le total à quelque 560 000 depuis le début de la semaine, en raison d’un nouveau cas de grippe aviaire.

D’après un communiqué de la préfecture de Niigata, située sur la façade occidentale de l’île principale de Honshu, une nouvelle infection a été découverte dans la localité de Joetsu après la mort soudaine de plusieurs dizaines de poulets au même endroit.

Parallèlement, 16 500 canards d’élevage avaient dû être tués mardi dans la région d’Aomori (nord). Les autorités japonaises prennent généralement des dispositions rapides quand les éleveurs signalent des morts suspectes d’animaux, mais le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, a lui-même dit au début de la semaine que des nouveaux cas d’infection au virus H5 risquaient d’être découverts.

Les foyers détectés depuis le début de la semaine sont les premiers en élevage au Japon depuis janvier 2015, selon le ministère de l’Agriculture. Ces nouvelles infections surviennent à l’approche des fêtes de Noël, au cours desquelles les Japonais consomment beaucoup de viande de poulet et où le foie gras est apprécié dans certains restaurants. « Il n’y a pas eu au Japon de cas recensé jusqu’à présent de transmission à l’homme via la consommation de viande de volaille ou d’œufs », a souligné le ministère de l’Agriculture.

Alors que le sérotype H5N6 du virus sévit en Asie, les cas européens sont liés à la souche H5N8.

AFP