Environ 6 000 canards devaient être abattus dans le Lot-et-Garonne ce 8 décembre 2016, dans une commune où 4 000 canards ont subi le même sort à la fin de la semaine dernière, a-t-on appris auprès de la chambre d’agriculture. Les autorités agricoles ont confirmé qu’il s’agit de la même souche H5N8 que celle détectée le 2 décembre 2016 dans le Tarn.

Inquiétudes

« Nous avons deux salles de gavage qui ont été touchées vendredi, où les animaux ont été abattus, a précisé lors d’un point de presse le président de la chambre d’agriculture du département, Serge Bousquet-Cassagne. Aujourd’hui, nous avons trois salles de gavage, à proximité des deux premières, avec 6 000 canards qui vont être abattus. » Le premier élevage du Lot-et-Garonne où a été détecté le virus avait reçu mercredi, 1 950 canards provenant de l’élevage du Tarn, a précisé la préfecture.

« On a beaucoup d’éleveurs inquiets qui nous appellent. Ils sont désemparés. On leur avait promis que suite au vide sanitaire, on n’entendrait plus parler de la grippe aviaire pour mille ans ! », a déploré Serge Bousquet-Cassagne. Il a dénoncé des « défaillances » de la part des services vétérinaires de l’État dans le département du Tarn, responsables, selon lui, d’une « épidémie qui nous a été importée par la route » et non par les oiseaux migrateurs.

AFP