Sont touchés entre 310 000 et 320 000 poulets d’une ferme de la préfecture de Niigata (nord-ouest) et 16 500 canards d’un élevage d’Aomori (nord), selon le gouvernement. Il se peut que d’autres cas apparaissent dans d’autres régions, a indiqué le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, lors d’une conférence de presse.

Déplacement de volailles interdit

Le Premier ministre Shinzo Abe a immédiatement ordonné de prendre les dispositions sanitaires habituelles dans ce type de circonstances, ont indiqué le ministère et le porte-parole du gouvernement.

Les agriculteurs concernés se sont vus ordonner de ne pas déplacer leurs volailles dès la découverte de cas de morts suspectes d’animaux dans leurs élevages respectifs.

Les tests pratiqués ont révélé la présence de la maladie chez les poulets et canards incriminés. L’abattage des poulets et l’assainissement des lieux devraient être terminés d’ici au 2 décembre, et celui des canards d’ici à la fin de la journée de mardi. Il s’agit des premiers cas relevés en élevage au Japon depuis janvier 2015, selon le ministère de l’Agriculture.

« Il n’y a pas eu au Japon de cas recensé jusqu’à présent de transmission à l’homme via la consommation de viande de volaille ou d’œufs », a souligné la même source. Ces nouvelles infections surviennent à l’approche des fêtes de Noël, au cours desquelles les Japonais consomment beaucoup de viande de poulet.

AFP