Aux Pays-Bas, l’épidémie a été détectée dans une ferme de Biddinghuizen, à 70 kilomètres à l’ouest d’Amsterdam, où quelque 180 000 canards ont été abattus, ainsi que 10 000 autres dans un rayon de 1 km, a indiqué l’organisme néerlandais chargé de la sécurité alimentaire NVWA. « Il y a trois autres élevages de volailles dans un rayon de trois kilomètres qui sont placés sous surveillance », a ajouté l’organisme dans un communiqué.

Les autorités sanitaires ont également interdit le transport de volailles et de produits issus de la volaille dans un rayon de 10 km. Les tests ont montré que les canards étaient atteints de la variante H5N8 du virus de la grippe aviaire, « extrêmement contagieuse », et tuant 30 % des oiseaux infectés, mais « pas très dangereuse pour les êtres humains », a indiqué la chaîne publique NOS.

En novembre, les Pays-Bas ont renforcé les mesures pour contenir la propagation du virus après la mort de nombreux oiseaux d’élevage et de plus de mille oiseaux sauvages. À Rotterdam, un parc a fermé au public sa partie consacrée aux animaux après la mort d’oiseaux aquatiques contaminés par le virus. Sur les rivages du lac Markermeer, près d’Amsterdam, 1 250 oiseaux sauvages ont été découverts morts au début de novembre.

Un élevage de poules pondeuses touché en Suède

Ce virus H5N8 a aussi été détecté en Suède le 24 novembre chez le producteur d’œufs Aniagra Produktions à Mörarp (sud-ouest). Lundi, il avait été mis en évidence non loin de là au Danemark, chez des canards d’une très petite ferme de la région de Copenhague.

« L’ensemble des 200 000 poules pondeuses de l’exploitation devront être euthanasiées pour prévenir l’expansion du virus », a indiqué dans un communiqué la Direction de l’agriculture suédoise, au lendemain de l’abattage de 37 000 premiers volatiles. « Comme c’est une grosse exploitation, ce travail prendra du temps, surtout si on songe à la désinfection, cruciale, à effectuer dans toutes les installations », a précisé une scientifique de l’administration, Karin Åhl.

« C’est bien sûr un coup dur, mais pour le moment l’important est que nous ne colportions pas le virus », affirmait jeudi au quotidien local Helsingborgs Dagblad le directeur général d’Aniagra, Anders Lindberg. La Direction de l’agriculture a précisé que les œufs sortis de cette ferme et plus généralement la volaille suédoise ne présentaient aucun danger, le virus H5N8 n’ayant jamais été transmis à l’homme.

Le virus H5N8 a été détecté chez la volaille ou les oiseaux sauvages de dix pays européens, selon le décompte de l’Organisation mondiale de la santé : le Danemark, la Suède, l’Allemagne, l’Autriche, la Croatie, la Hongrie, les Pays-Bas, la Pologne, la Russie et la Suisse.

AFP