Les canards « prêts à gaver » de cet élevage de Saint-Jean-de-Lier, dans le sud des Landes, avaient été confinés jeudi après des prélèvements réalisés par l’éleveur dans le cadre des nouvelles mesures de biosécurité. Les analyses ont conclu à « la présence d’une bande de virus influenza type H5 », mais n’ont pas permis « d’en caractériser sa virulence », selon la préfecture.

Un virus H5

Après de nouveaux prélèvements, des analyses supplémentaires « n’ont pas apporté d’informations complémentaires sur cette virulence », a-t-elle ajouté. « Au regard de ces traces de virus H5 et sur avis du laboratoire national de référence et à titre préventif, la direction générale de l’alimentation a demandé l’abattage préventif du troupeau concerné », a ajouté la préfecture.

Les 1 400 canards ont été abattus samedi matin. Parallèlement, l’interdiction de déplacement des palmipèdes a été réduite à deux communes, contre 16 au début de l’alerte. Dans son communiqué, la préfecture salue « la très bonne réactivité de l’exploitant et de la profession dans le déclenchement et le traitement de cette alerte ».

AFP