La paie de lait des éleveurs laitiers européens reprend quelques couleurs en septembre 2018. Le prix moyen s’établit à 348,30 €/t dans l’Union européenne à 28, soit 12,60 €/t de plus qu’en août. Parmi les principaux producteurs, le prix du lait atteint en moyenne 354,30 €/t en Allemagne, 370 €/t aux Pays-Bas comme en Irlande.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
31%

Vous avez parcouru 31% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

La paie de lait des éleveurs laitiers européens reprend quelques couleurs en septembre 2018. Le prix moyen s’établit à 348,30 €/t dans l’Union européenne à 28, soit 12,60 €/t de plus qu’en août. Parmi les principaux producteurs, le prix du lait atteint en moyenne 354,30 €/t en Allemagne, 370 €/t aux Pays-Bas comme en Irlande.

Pour octobre 2018, la Commission européenne anticipe un prix moyen payé de 357,10 €/t, soit une nouvelle hausse de 2,5 %. En France, le prix moyen du lait affiche 359,80 €/t en septembre 2018, soit une augmentation de 3,9 % par rapport à août, mais en retrait de 2 % par rapport à septembre 2017. Pour rappel, il s’agit du prix moyen payé aux producteurs, comprenant les laits conventionnels, bio et AOP.

Le beurre sous la barre des 5 000 €/t

Du côté des ingrédients laitiers, le cours européen du beurre a entrepris un net recul depuis la mi-septembre où il s’établissait à 5 620 €/t. À la dernière cotation du 28 octobre, il affichait 4 900 €/t, soit un repli de 400 € en un mois. Sur un an glissant, le prix du beurre européen est en baisse de près de 13 %.

Du côté des protéines, le cours de la poudre de lait écrémé se stabilise à 1 560 €/t lors de la dernière cotation, soit une sensible progression de 1 % sur un an glissant. Toutefois, ce niveau de prix reste bien inférieur au seuil d’intervention de 1 698 €/t.

Bien que la Commission européenne ait annoncé ce vendredi 9 octobre la « remise en circulation 190 000 t de poudre de lait écrémé stockée à l’intervention depuis 2015 », les réserves communautaires s’élevaient encore à plus de 280 000 tonnes dans l’inventaire également publié ce jour.

V. Gu.