Chaque année depuis 2015, l’Ifop réalise une enquête sur la perception de la viande bio par les consommateurs. L’enquête de 2017 a été administrée en ligne auprès de 1 001 personnes âgées de 18 ans et plus.

Une image positive

La production de viande bio est reconnue en premier lieu pour son impact positif sur le bien-être animal, pour 79 % des sondés. Viennent ensuite l’aspect environnemental et santé, deux items approuvés par 77 % des sondés. À la question de savoir si la viande bio est un phénomène de mode et n’est finalement pas différente de la viande conventionnelle, 44 % des interrogés répondent par l’affirmative. Un chiffre en diminution par rapport aux années précédentes (48 %).

Le prix, principal frein à la consommation

Si 71 % des Français consomment de la viande bio, 48 % n’en consomment que rarement. Une enquête menée par l’Agence bio en 2016 révèle que le prix reste le principal frein à la consommation de produits biologiques. Un résultat certainement transposable à la consommation de produits carnés.

Le profil des consommateurs va dans ce sens.

La part des sondés achetant de la viande bio augmente avec leur âge. De même, les personnes appartenant à des catégories socio-économiques à fort pouvoir d’achat et les retraités ont davantage tendance à consommer bio. Si le prix représente un frein, il est généralement compris : 6 Français sur 10 estiment légitime qu’une viande bio se vende plus cher qu’une viande conventionnelle.

Consommation, une base solide

26 % des consommateurs de viande bio déclarent vouloir augmenter leur consommation à l’avenir, contre 4 % qui déclarent vouloir la baisser. 70 % déclarent ne pas envisager de changement dans leurs habitudes. Des chiffres jugés très positifs par Interbev, qui y voit le signe qu’une base de consommateurs fidèles est en train de se constituer.

Valérie Scarlakens