Cette feuille de route s’articule autour de cinq axes déjà détaillés au début de l’année par le ministre : innover, accompagner, former, contrôler et sanctionner. Au rayon des innovations, le ministre a rappelé la création d’un centre de référence sur le bien-être animal piloté par l’Inra, initié par le gouvernement précédent et mis en place à la fin de 2017.

Il a également évoqué les travaux de recherche en cours pour aider les éleveurs et industriels à améliorer leurs pratiques. Il a ainsi évoqué la convention passée avec une entreprise, avec une aide de 4,3 millions d’euros, pour mettre au point d’ici à 2024 une méthode de sexage des poussins à l’intérieur de l’œuf, afin de mettre fin au broyage des poussins mâles.

Plan de sortie de la castration des porcs

Concernant la castration des porcs, « nous avons pris des engagements avec la filière porcine », a déclaré le ministre, évoquant « un travail de longue haleine avec la filière pour trouver d’autres pratiques innovantes » et la présentation à la fin de 2018 d’un plan de sortie de la castration des porcs.

Le ministre a également rappelé l’engagement de la filière à limiter à 50 % la proportion d’œufs de poules issus d’élevages en cages d’ici à 2022.

En ce qui concerne la filière de la viande bovine, qui souhaite faire monter en puissance la proportion de viande produite en label rouge, Stéphane Travert l’a appelée à faire de ce label un vrai gage d’excellence en termes de bien-être et à changer son cahier des charges.

« Juste un coup de com’ »

Ce plan a été vivement critiqué par des associations. C’est « juste un coup de com’ après le tsunami Hulot, en utilisant opportunément le plan d’action sur le bien-être animal 2016-2020 initié par Stéphane Le Foll », a réagi mercredi la fondation Brigitte Bardot, qui indique que Stéphane Travert « s’est opposé à tous les amendements favorables aux animaux lors de l’étude du projet de loi sur l’agriculture ». Pour Agathe Gignoux, une porte-parole de l’association de défense des animaux d’élevage CIWF, il s’agit d’une « belle opération de communication ».

E.C. avec l’AFP