Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La FNSEA veut « plus de chasseurs qui tuent plus de sangliers »

Dégâts de gibier
 - La FNSEA veut « plus de chasseurs qui tuent plus de sangliers »
© Pixabay

Christiane Lambert a relancé ce jeudi un cri d’alarme contre la prolifération des sangliers, en imputant en partie la responsabilité aux chasseurs auxquels elle demande de réguler davantage. Elle souhaite que « plus de chasseurs qui tuent plus de sangliers pour que nous ayons moins de dégâts ».

« Nous avons trop de dégâts liés aux sangliers dans nos prairies, nos cultures, nos champs, nos vergers, nos vignes, partout, décrit Christiane Lambert sur Radio Classique. [Il y a] 700 000 sangliers abattus [par an], mais il y en a quatre millions. Plus ça va, plus il y a de sangliers, moi je veux que les chasseurs, que je soutiens, puissent chasser, c’est-à-dire réguler les populations, quand il y a trop de sangliers, il faut en tuer plus. »

« Je suis ouverte au dialogue »

« Je suis pro-chasse [et] je suis ouverte au dialogue », a affirmé la présidente de la FNSEA plus tard dans la journée, lors de la conférence de rentrée du syndicat. Mais « pas question de laisser les clés du camion aux fédérations de chasse », a-t-elle insisté, jugeant que « l’État doit garder un pouvoir régalien, et les préfets doivent pouvoir décider de battues administratives ».

« Mais pour cela il faut que le sanglier garde son statut de “nuisible” », ajoute-t-elle. Et de rappeler qu’au-delà du problème des dégâts de gibier, encore plus difficiles à supporter dans un contexte de déficit fourrager, s’ajoute une inquiétude liée au risque de propagation de la peste porcine africaine.

« Je ne les soupçonne pas, c’est une réalité »

Interrogée sur ses « soupçons » envers des chasseurs qui favoriseraient cette prolifération, la présidente de la FNSEA assume : « Je ne les soupçonne pas, c’est une réalité. Il y a de l’élevage de sanglier, du lâcher de sanglier, de l’agrainage pour les maintenir à certains endroits. Ce que je constate, c’est que jamais il n’y a eu autant de sangliers présents, jamais il n’y a eu autant de dégâts, les agriculteurs en ont assez que leurs espaces soient la cour de récréation. »

Interrogée sur des critiques formulées à l’encontre des agriculteurs par Willy Schraen, le président de la Fédération nationale de la chasse, Christiane Lambert estime que « les dirigeants nationaux nous posent problème, et nous critiquent et nous attaquent. Moi, je n’ai aucun problème avec les présidents de fédérations départementales, donc si on a deux guerriers au plan national, il faut que les guerriers s’apaisent et disent la vérité. »

AFP
La Fédération nationale des chasseurs riposte

Réagissant à la demande formulée le 29 août par la FNSEA, la Fédération nationale des chasseurs (FNC) assure ce jeudi qu’elle partage « la préoccupation du monde agricole [concernant les dégâts de sangliers, NDLR]. […] Cette question provoque de l’insatisfaction tant de la part des agriculteurs que des chasseurs. D’ailleurs, Sébastien Lecornu, secrétaire d’État, dont nous ne doutons pas de l’efficacité, devrait faire des annonces dans ce sens. »

Pas d’indemnisation sans régulation par « les seuls » chasseurs

La FNC estime que remettre en cause « la régulation [des populations de sangliers, NDLR] par les seuls chasseurs entraînerait la fin de l’indemnisation des dégâts par les chasseurs. Comme la FNSEA, la FNC est favorable à un renforcement de la chasse dans les zones à problème ! C’est pour cela que la FNC a proposé l’extension de la chasse au sanglier au mois de mars », ajoutant que « l’État peut faire procéder à la destruction toute l’année y compris en période de chasse ».

Les chasseurs assurent vouloir sortir de « la surenchère médiatique », affirmant qu’ils ont « dans le cadre de la réforme de la chasse finalisé une réflexion sur une boîte à outils à la disposition des chasseurs pour encore mieux réguler le sanglier. Aujourd’hui, […] il semble nécessaire de partager ces pistes avec le monde agricole dont la FNSEA », invitant « les représentants du monde agricole à venir échanger au siège de la FNC sur cette question des dégâts mais aussi sur celle du petit gibier ».

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 1 commentaires
a52r

et surtout qu il en limite la reproduction en les nourissant a outrance

Signaler le commentaire :

Signaler un abus
En direct

Dans la même rubrique

Nos dernières vidéos

Sélectionné pour vous

Un poulailler chez soi 2ème édition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies des volailles

55€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Homéopathie pour tous les ruminants

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER