« Nous estimons qu’inviter les Français à se priver de viande et de poisson le lundi est une fausse bonne solution aux problèmes soulevés, répond le syndicat dans son communiqué diffusé le 10 janvier 2019. L’appel du lundi vert engendre plusieurs amalgames en laissant penser que l’élevage serait mauvais pour l’environnement et serait l’un des principaux responsables du changement climatique. »

Des amalgames

Parmi ces amalgames, le syndicat en souligne un en particulier en lien avec le réchauffement climatique : « Rien n’est plus éloigné d’un élevage français qu’un élevage brésilien ou australien. D’après la FAO, la production de 1 kg de protéine animale en Europe génère trois fois moins d’équivalent CO2 (1) qu’en Amérique latine ! Ce n’est donc pas la viande elle-même qui pose un problème, mais sa production intensive dans certaines régions du monde. »

La Coordination rurale estime que cet appel met « à mal le modèle d’excellence de l’élevage français qui génère en réalité de très nombreuses externalités positives pour l’environnement. […] À travers notre métier, nous sommes directement impactés par le changement climatique et ses conséquences, mais n’en sommes pas pour autant les responsables. Au contraire, nos pratiques évoluent sans cesse pour enrayer ce phénomène et sauver notre planète. »

Consommation de viande en baisse

Le syndicat répond aussi au lundi vert sur le thème de la surconsommation de viande. « Les Français n’ont pas attendu le lundi vert pour réduire leur consommation de viande : d’après une récente étude du Credoc, elle a baissé de 12 % en 10 ans. Ensuite, les risques de cancer s’appliquent surtout pour les produits à base de viandes transformées… produits dont la consommation augmente justement au détriment des morceaux de boucherie, comme l’a montré la même étude. »

« Pour sa santé et pour l’environnement, au lieu de manger moins, il est préférable de manger mieux ! Ne vous trompez pas de combat ! Plutôt que de s’interdire la viande et le poisson le lundi, appelons chaque citoyen, chaque consommateur, à soutenir ses agriculteurs en ayant une consommation raisonnable et raisonnée, en achetant de la viande issue des élevages les plus vertueux : les élevages français ! »

(1) Dioxyde de carbone.