Sur les 5 970 réponses enregistrées, 26,5 % émanent des six départements pyrénéens. Ceux-ci se sont prononcés à 71,6 % en faveur de l’ours, contre 25,4 % qui y sont hostiles. Des chiffres qui tombent à 58,6 % pour et 41,4 % contre si on ne tient compte que des avis émanant des habitants des communes béarnaises de montagne où l’introduction est projetée.

Nicolas Hulot attendu dans les Pyrénées-Atlantiques

Ces résultats font partie d’un processus de consultation lancé par les pouvoirs publics. Des documents en espagnol avaient aussi été mis en ligne. « L’argumentaire pour le renforcement de la population ursine est dominé par des préoccupations écologiques, patrimoniales, éthiques et économiques », soulignent la préfecture des Pyrénées-Atlantiques et la Région Occitanie dans un communiqué.

Ceux opposés font état d’« une incompatibilité de cette action avec le pastoralisme, une atteinte au développement de la Région et à sa sécurité ainsi qu’une action inutile et coûteuse ». Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot est attendu prochainement dans les Pyrénées-Atlantiques pour présenter son projet d’introduction de deux ourses slovènes mais aucune date n’a été fixée officiellement.

Démarrée le 25 juin 2018, la consultation publique a pris fin le 25 juillet 2018 à 12 heures à l’échelle nationale, 88,9 % des contributions sont favorables à la réintroduction de l’ours. « Au total, dans la France entière, les participations défavorables à la réintroduction de l’ours sont au nombre de 534, soit 8,9 % », détaillent les préfectures.

Avec l’AFP