Cela fait trois ans que l’équipe de l’Association pour le mondial de tonte (AMTM) est sur le pont pour organiser cette compétition mondiale. Ils ont dépensé une énergie considérable pour que le spectacle se déroule au mieux pour les participants et les spectateurs.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
34%

Vous avez parcouru 34% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Cela fait trois ans que l’équipe de l’Association pour le mondial de tonte (AMTM) est sur le pont pour organiser cette compétition mondiale. Ils ont dépensé une énergie considérable pour que le spectacle se déroule au mieux pour les participants et les spectateurs.

« Tout est calé pour l’organisation de la compétition, se réjouit Christophe Riffaud, président de l’AMTM. Trente-quatre pays sont inscrits et tous les continents sont représentés. » 300 tondeurs prendront part aux épreuves qui nécessiteront « la participation » de 5 000 brebis. Celles-ci seront « recrutées » dans un rayon de 40 km, et les organisateurs seront très attentifs au respect du bien-être animal. Au total, 300 bénévoles seront mobilisés pour accueillir 50 000 visiteurs.

« Une motivation sans faille »

Les six Français sélectionnés, Adèle Lemercier, Lucie Grancher, Loïc Leygonie, Thimoléon Resneau, Loïc Jauberthie et Reinard Poppe, qui ont déjà un palmarès bien étoffé, compte bien emporter la compétition. « Nous allons “mettre le paquet” pour être à la hauteur des grandes nations compétitrices », lance Thimoléon Resneau, rappelant que 8 heures de tonte demandent autant d’énergie qu’un marathon parcouru à 4 000 m d’altitude.

L’événement sera l’occasion de mettre à l’honneur la gastronomie locale. Les restaurateurs utiliseront des produits de qualité labellisés. « Nous voulons faire rêver l’ensemble des visiteurs pour leur donner envie de revenir sur notre territoire », déclare Christophe Riffaud.

M.-F. M.