« Notre activité s’est bien développée, avec une progression de 8 %, a déclaré Emmanuel Besnier, le président de Lactalis, le numéro un mondial des produits laitiers, qui a engrangé 18,5 milliards d’euros au cours de l’exercice précédent. Nous atteignons pour la première fois les 20 milliards d’euros de chiffre d’affaires, objectif que nous avions fixé pour 2020 ».

À lire aussi : Prix du lait, Savencia fait deux fois mieux que Lactalis et Sodiaal (06/02/2020)

« Un environnement difficile » en 2020

Pour 2020, « il va falloir confirmer tout ce qu’on a fait dans un environnement difficile », avec notamment l’épidémie de coronavirus en Chine, a ajouté le directeur général Daniel Jaouen, du groupe Lactalis, lors du Salon de l’agriculture, où le groupe mayennais a un stand pour la première fois.

Pour l’instant, les containers à destination de la Chine sont « bloqués » et les ventes pour le mois de mars « sont annulées », souligne-t-il. Par ailleurs, si les négociations commerciales avec la grande distribution française ne sont pas terminées, elles s’achèvent à la fin de la semaine, le groupe sait déjà « qu’il n’obtiendra pas tout ce qu’il souhaitait avoir », selon Daniel Jaouen.

Neuf acquisitions en 2019

En 2020, Lactalis devra aussi intégrer les neuf acquisitions faites en 2019. Ces acquisitions « nous ont permis de grandir plus vite en 2019. Nous sommes désormais le numéro un des produits laitiers au Brésil et le leader du yaourt bio aux États-Unis », a indiqué Emmanuel Besnier au JDD.

À lire aussi : Lactalis devient numéro un au Brésil (12/07/2019)

Jusqu’alors très discret sur ses résultats, le groupe avait dévoilé en février 2019 un repli de son bénéfice net en 2017, à 387 millions d’euros, contre 406 millions un an plus tôt, deux années assombries par le scandale du lait contaminé à la salmonelle produit dans son usine de Craon, dans la Mayenne.

La France, le cœur de l’entreprise

La France reste le cœur de l’entreprise, « avec 15 000 salariés et 20 % de notre activité », selon son P-DG Dans l’Hexagone, « nous maintenons un ancrage très fort. Deux cents millions d’euros sont investis tous les ans dans nos 70 sites, beaucoup plus que dans d’autres pays, pour moderniser et développer nos outils. Plus de 50 % de ce que nous produisons en France est exporté », détaille-il.

Emmanuel Besnier a déclaré au Journal du Dimanche que Lactalis investira 200 millions d’euros par an dans ses 70 sites français. (photo prise lors d’une à l’Assemblée nationale le 7 juin 2018) © C. Faimali/GFA

« Nous sommes en train de développer des produits (de la marque) Président fabriqués en Normandie, pour le marché brésilien », souligne Daniel Jaouen. Le groupe qui collecte 5,6 milliards de litres de lait par an en France a aussi travaillé avec les organisations de producteurs pour inclure le « coût de revient réel du lait » dans les prix payés aux éleveurs laitiers, a indiqué Daniel Jaouen.

À lire aussi : Prix du lait, un accord-cadre pour l’Unell et Lactalis (26/11/2020)

AFP