Dans le détail, 28 % des parents se disent « tout à fait d’accord » avec cette mesure et 31 % « oui plutôt ». À l’inverse, 15 % des personnes interrogées répondent « non pas du tout », et 24 % « non, plutôt pas ». L’institut BVA a réalisé cette enquête par internet auprès d’un échantillon représentatif de la population française de 1 033 personnes âgée de 18 ans et plus les 4 et 5 avril derniers.

Une jeune génération plus sensible

Chez les parents, la tendance est un peu moins forte. Greenpeace France avance que 51 % d’entre eux ne s’opposent pas à l’introduction de repas sans viande ni poisson au moins une fois par semaine à la cantine. 25 % se disent « tout à fait » favorables à la proposition et 26 % « oui plutôt ». Mais ils sont 31 % à répondre « non, plutôt pas » et 17 % « non, pas du tout ».

La jeune génération semble davantage sensible à la proposition de Greenpeace. 74 % des 18-34 ans sont favorables à la mise en place d’un repas végétarien dans les cantines scolaires. « Les femmes et les habitants des grandes agglomérations sont également majoritairement favorables, à respectivement 67 % et 66 % », rapporte l’ONG.

Et Greenpeace conclut son communiqué en demandant « la mise en place d’au moins un repas végétarien obligatoire par semaine dans les cantines scolaires et appelle le gouvernement à l’inscrire dans la loi portant sur l’agriculture et l’alimentation qui sera discutée en commission des affaires économiques dès demain et à partir du 22 mai à l’Assemblée nationale ».