Le préfet présentait le plan annuel destiné à abaisser la prévalence (20 % actuellement) de la brucellose par la combinaison de captures, au cours desquelles seuls les animaux positifs sont euthanasiés, les autres relâchés, et de tirs indiscriminés sur les bouquetins impossibles à capturer, une méthode qui mécontente les écologistes.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
22%

Vous avez parcouru 22% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !