« Je suis stupéfaite et scandalisée d’apprendre qu’un projet de ferme usine de plus de 4 000 bovins est à l’étude dans la Saône-et-Loire, a écrit Brigitte Bardot dans une lettre adressée au ministre de l’Agriculture, Stéphane Travert, et envoyée à la presse. La concentration de milliers de bêtes dans ces bâtiments de la honte est aussi inacceptable que les convois de la mort qu’ils devront subir. »

Pour cinq semaines

« Au terme du projet de développement, l’effectif instantané pourra atteindre un maximum de 3 910 bovins en préparation à l’exportation », en plus du troupeau existant de 320 vaches allaitantes et 240 bovins à l’engraissement, selon la demande d’autorisation adressée à la préfecture par l’éleveur, qui restait injoignable vendredi.

L’activité consisterait à « accueillir des bandes de jeunes bovins, pour mise en quarantaine sanitaire durant cinq semaines avant d’être exportés vers des centres d’engraissement en France ou à l’étranger », ajoute le document, qui cite les « pays du Maghreb, la Turquie, voire la Chine ».

Enquête publique en cours

Une enquête publique est en cours jusqu’au 22 septembre, à l’issue de laquelle la préfecture devra rendre sa décision sur la demande, datée de février 2017. La Dreal de la Bourgogne-Franche-Comté a déjà rendu un avis favorable, considérant que le dossier déposé par l’éleveur présente les « enjeux environnementaux et apporte des solutions acceptables pour concilier son activité avec ceux-ci ».

AFP