L’association de protection des animaux CIWF France annonce dans un communiqué du 30 mars 2017, qu’elle a été attaquée en justice par « les professionnels de la filière porcine » (1). Pour quel motif ? Parce qu’elle diffusait en octobre dernier, un spot de 45 secondes dans des cinémas et sur les réseaux sociaux pour « sensibiliser le consommateur aux conditions d’élevage des cochons ». Le CDMP, centre de documenttion des métiers du porc (1), confirme le dépôt de cette plainte.

« En France, 95 % des cochons sont en élevage intensif dans des bâtiments surpeuplés, sur du béton nu, sans jamais pouvoir sortir, accuse l’association dans sa vidéo. À la naissance, les porcelets sont mutilés, dents et queue coupées, castrés à vif. » Elle invite ensuite le consommateur à ne plus acheter de « viande issue d’élevages industriels », et estime que « l’origine France » n’est pas un gage de bien-être animal.

Un « appel au boycott fautif »

Selon CIWF, la filière ne conteste pas la réalité des images diffusées, mais estime que le message de l’association est un « appel au boycott fautif » et que la campagne cause un « préjudice important aux professionnels de la filière porcine française ».

« Notre mission est de dénoncer l’élevage industriel et d’encourager les modes d’élevage plus respectueux du bien-être animal, répond Léopoldine Charbonneaux, directrice de CIWF France. Nos actions ont pour but d’informer les consommateurs sur la réalité et l’étendue de l’élevage intensif et les alternatives qui existent, pour leur permettre de faire des choix éclairés. »

(1) Structure qui rassemble l’amont de la filière (FNP, Coop de France, association régionale porcine).