« En diffusant des vidéos à charge, basées sur le détournement d’images et des gros plans anxiogènes, les activistes se sont fixés pour objectif de faire pression sur l’opinion publique et les élus de la République alors que le projet de loi relatif à l’alimentation est en cours de vote », décrypte le CNPO dans un communiqué du 16 mai.

Au moins 1 poule pondeuse sur 2 en système alternatif

« Pourtant, la filière est déjà engagée dans un ambitieux plan de transition volontaire. D’ici à 2022, au moins 1 poule pondeuse sur 2 sera élevée dans un élevage alternatif à la cage aménagée. Il pourra s’agir d’élevages au sol, en plein air ou bio. » Cette démarche figure dans le plan de filière élaboré dans le cadre des EGA.

Plus de 277 millions d’euros d’investissements

L’investissement nécessaire pour arrêter la production de près de 9 millions de poules élevées actuellement en cages et mettre en place 9 millions de poules en systèmes « alternatifs » est de plus de 277 millions d’euros, chiffre le CNPO. Mais les éleveurs ont besoin d’un délai pour s’adapter.

Le CNPO rappelle que « quel que soit le mode d’élevage pratiqué, les éleveurs français de poules pondeuses respectent le bien-être de leurs poules et se conforment à une réglementation européenne très stricte ».

E.C.