Selon l’association welfariste CIWF, à l’origine du projet, près de 70 organisations et des centaines de militants se sont mobilisés dans plus de 33 pays « pour porter un message fort : les animaux ne sont pas des marchandises comme les autres. »

« Infractions nombreuses »

« Les infractions durant les transports d’animaux vivants sont nombreuses, estime CIWF dans un communiqué daté du 13 septembre. Elles ne font pas l’objet de contrôles suffisants, et sont encore moins sanctionnées. »

En date du 5 septembre 2017, une demande de mise en place d’une commission d’enquête sur les infractions et la mauvaise application du règlement 1/2005 relatif à la protection des animaux durant le transport avait réuni les signatures de 191 eurodéputés (sur un total de 751). « Il est urgent de mettre fin aux exportations hors Union européenne », conclut l’association.

Une banderole de 40 mètres déployée le 13 septembre 2017 à Paris. © Michel Pourny, CIWF France

V.S.